Le fruit à pain

Corina Julie February 14, 2020
Foodies - fruit a pain

UN BON GOÛT LOCAL

Certains sont vraiment dans tous leurs états dès qu’on leur parle de fruit à pain. On les soupçonne d’avoir été bercés par les recettes des mamans et des grand- mères ! Ce légume est intimement lié à nos traditions.Le fruit à pain, c’est le plaisir de faire plaisir. On le déguste souvent bouilli, accompagné de beurre ou de confiture tout simplement. On l’adore en kat kat, associé à des brèdes et à de la viande. On le mange aussi en gratin, en boulettes, en beignets et en farata. Il a l’art de remplacer la pomme de terre et de se faire chips. On le transforme même en farine... D'infinies possibilités pour ceux en quête du bien-manger.

DEPUIS 1796

Le fruit à pain appartient à la famille des Moracées et il est originaire des régions du Pacifique. Ce sont les Français qui l’ont introduit à Maurice en 1796. Ils l’ont d’abord planté au jardin de Pamplemousses. L’arbre à pain s’adapte mieux dans les régions chaudes et humides. Ici, on en trouve surtout dans les zones littorales et les régions sous-humides et humides (Beau Bassin, Coromandel, Quatre- Bornes, Bonne-Terre, Réduit).S’il tend à disparaître, il ne se laisse pas pour autant oublier. La FAREI multiplie les initiatives pour encourager sa culture. Avec la crise alimentaire qui nous pend au nez, le fruit à pain nous garantit une source de nutriments. Aliment de base depuis plus de 3 000 ans, c'est une alternative au riz et à la farine.

200 KILOS DE FRUITS

C’est ce que produit un arbre à pain en moyenne, trois à six ans après sa plantation. Un seul arbre peut donc donner jusqu’à 200 fruits. La période de récolte dure de novembre à mai. Au fait comment sait-on quand le fruit est mature et ferme ? Quand apparaît le latex sur la surface et qu’il perd de sa rugosité. Pour ceux qui voudraient poursuivre leur bonheur quand sonne la fin de la saison : le fruit à pain, coupé en morceaux et congelé peut être préservé longtemps.

TROIS MORPHOLOGIES

Il existe trois variétés de fruits à pain à Maurice. La plus commune, c’est celle qui a une forme ovale et une peau légèrement lisse. La seconde variété donne des fruits plus allongées avec une peau plus rugueuse. La troisième est plus ronde avec une peau vert foncé.

LE LÉGUME QUI VOUS VEUT DU BIEN

Si vous êtes un peu raplapla, essayez le fruit à pain. C’est un booster d’énergie. La chair est très riche en hydrate de carbone. Son amidon et son sucre (lent) font de lui un aliment énergétique. Le fruit à pain est aussi une bonne source de vitamine C, magnésium et potassium. Il est riche en fibres, bon pour le transit intestinal. Il est sans gluten et est très pauvre en sodium, cholestérol et graisses saturées. Idéal donc pour ceux qui souffrent de diabète, d’intolérance au gluten, d’hypertension, de maux de tête... Sa valeur nutritive est incontestable, autant en profiter.

AGIR

Pour ceux qui souhaitent planter ou transformer le fruit à pain, la FAREI met à votre disposition deux livrets pratiques: La culture de l’arbre à pain à Maurice (Rs 20) et La transformation du fruit à pain (Rs 25). Ils sont en vente dans les Model farms de la FAREI à Mapou (266 1587), Flacq (413 8125) et Rivière Des Anguilles (626 2554). Mais aussi au Plaisance Demonstration Centre (637 8112) à Mahebourg, au Farmer Training School à Wooton (670 9650) et aux FAREI Extension Headquarters à St Pierre (433 9350).

 

Collaboration : FAREI